RSS

première partie le système vénitien

1ère partie

Elle n’a pas respecté l’intelligence ni le goût. C’est sa plus grande faute, la cause initiale de sa bassesse inhumaine. Elle a péri de cette bassesse et cette inhumanité. Et elle nous hérisse encore, toute détruite. C’est que pour toujours, les choses y ont leur destin contraire. La mer y est prisonnière, la lumière menteuse, la lune mercenaire; les oiseaux y marchent sur la terre, les chevaux sur les murs, les hommes sur les eaux; et les dieux nulle part. Les palais y sont construit la tête en bas. Elle demeure pour des siècles le contraire de la logique. Et le seul peuple qui fût capable de bombarder le Parthénon, elle l’a nourri. Elle est l’ennemi de l’esprit….. [Venise]

 Les bassesses de Venise par Lucien Fabre 1924

Neptune offrant des cadeaux à Venise

Située dans une lagune au nord-est de l’Italie, Venise est une ville qui fut construite sur les eaux suite aux invasions barbares. Extension de l’empire Byzantin à ses débuts, elle fut la principale porte ouverte d’Europe vers le monde Arabo-islamique et l’Asie, de la chute de l’empire romain jusqu’au règne de Louis XIV.

Mais alors que la Chine inventait le papier, que les musulmans, construisaient les plus belles mosquées du monde, étudiaient l’astronomie, la médecine, traduisaient les principaux auteurs grecs et indiens, seul les épices et la soie, traversaient la méditerranée au bord de galères vénitiennes. Pour comprendre le désastre financier actuel, nous nous pencherons sur le fonctionnement du système vénitien durant le moyen âge. Et verrons en quelle mesure les relations politiques entre Occident et Orient à cette période lui ont été bénéfiques.

Nous traiterons donc, en première partie, les caractéristiques du système vénitien. Puis en deuxième partie quel fut le résultat de l’interaction entre le système vénitien et la société féodale.

 Venise pendant le moyen âge: un réseau international et cosmopolite.

        1) En Europe

La société féodale connait essentiellement deux produits de luxe : Les épices et la soie. Les festins organisés par les aristocrates moyenâgeux foisonnent de senteurs exotiques telles que le safran, le poivre, le piment. Tandis que pour se vêtir, les rois de France, d’Espagne, saint empereur germanique,et duc de bourgogne arborent des vêtements de soie.

Épices utilisée pour les repas des aristocrates

étole de soie produite à Bagdad

Ces produits n’étaient pas créés sur place. En effet, les épices et la soie étaient acheminées d’Asie jusque dans le monde musulman où elles rencontraient les marchands européens à Alexandrie et à Trébizonde (au nord de la Turquie) qui à leur tour transportaient les précieuses marchandises vers les ports de Venise, Gènes, et Pise. Enfin, c’est sur les places commerciales de Paris, Londres, Burges, et Bordeau que de riches acquéreurs achetait ces  luxueuses marchandises exotiques auprès de marchands Lombards ou Florentins.

production de la soie en Chine

récolte du poivre en Égypte

 
 
 

Ces marchandises obtenues à faible prix, puis revendues très chère permirent un enrichissement rapide des familles italiennes qui organisaient le commerce. Pour ce faire, Les Médicis, les Peruzzi, les Bardis, les Acciaoli, et autres avaient des succursales dans toute l’Europe:

-Les florentins et Siennois se trouvent côte à côte sur les places d’Europe occidentale et rivalisent sur les Foires de Champagne, à Bruges, ou à Londres.

-Les grandes fortunes parisiennes des années 1300 sont celles de Gandoufle D’arcelles (Aguinolfo degli Arceli) et biche et mouche:

extrait des roi maudits qui montre la relation de confiance entre les banquiers lombards et le roi de France

« Biche et Mouche comptent parmi les conseillés les plus écouté de Philipe le Bel et en profitent sans vergogne. Ils se réservent les meilleures spéculations. Ils accaparent le monnayage  Royal  ils prennent la ferme fiscalité des Foires de Champagne. La priorité d’information que confère la familiarité du roi leur offre bien des opportunités dans le commerce de la banque. Leur neveu Tote, surnommé le vice-roi de Marigny transforme les relations diplomatiques avec le pape et les villes flamandes en un sordide maquignonnage à l’échelle européenne. »

foires de Champagne

-Bernardus Teotonicus fait des allées et retours entre le port du rialto et la cour de  Frédéric Barberousse, les Riccardi avec celle de Edouard 1er, des Frescobaldi à Bordeaux,  de Gualterotti en Flandre,  de Dino Rapondi avec le Duc de Bourgogne Philipe le hardi, et les Acciaoli à Rome.Ainsi,  les hommes d’affaires  Lombards et Florentins arrivent à entrer en bonnes grâces dans presque toutes les cours d’Europe à l’exception des pays nordiques et d’Andalousie.

Par conséquent, les monarques se rendirent dépendant  de la richesse financière de familles italiennes qui elles- mêmes étaient inféodés au commerce des épices et de la soie, venant se déverser principalement sur le port vénitien du Rialto.

 2) Au Levant et en Asie

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes moyenâgeux, grâce à la coopération des Califes et Sultans Fatimides, Ayyoubides, puis Mamelouks, Venise se trouve être l’interlocutrice privilégiée des musulmans (avant, pendant, et après les croisades). Elle leur vendait bois, esclaves, laine contre des épices et de la soie.

Ainsi, pour s’assurer leur sympathie, Venise aimait couvrir les princes et les souverains orientaux de cadeaux somptueux et s’assurait qu’il y ait aussi des  relations diplomatiques directes opérées par le biais de consuls ou bailo parfaitement bilingues.

                                    

 bailo de constantinople                     rencontre entre ambassadeur vénitien et sultan mamelouk

Ces derniers étaient les ambassadeurs vénitiens dans les différents ports de méditerranée et même jusque dans les cours de Perse, d’Égypte, et de Syrie. Ces hommes faisaient partis des grandes familles vénitiennes et avaient les pleins pouvoirs pour représenter Venise. Ils pouvaient signer des traités de commerce, négocier des traité de paix.

Mais surtout, ils servaient d’agents de renseignements et produisaient une quantité importante de rapports sur : les caractéristiques de la région, son histoire, sa géographie, les sentiments du souverain envers Venise, les ressources, l’armée, le commerce l’industrie, etc….

Toutes ces informations étaient alors étudiées à Venise, puis soumises au sénat qui orientait ses décisions en conséquence. Ce système de renseignement inventé pour l’orient fût bientôt repris pour l’occident. Il est important de noter que le monopole du commerce méditerranéen reposait sur les échanges avec l’Orient. Et que Venise trouvait un plus grand intérêt à être présente dans les cours orientales qu’occidentale ce qui explique qu’elle reléguait ce rôle au florentins et aux  Lombards pour l’Europe.

Ainsi, d’après le registre d’un notaire vénitien à Alexandrie, Giovanni Campione (à Alexandrie entre 1361 et 1363),  la population  majoritaire dans le quartier commercial, à quasiment toujours été composée de Vénitiens,et, comme on peut le voir dans Othello de Shakespeare, à  Alexandrie comme dans le reste de l’Empire, les relations entre vénitiens et musulmans allaient même jusqu’au mariage.

bande annonce de Othello de Oliver Parker avec lawrence Fishburn dans le Rôle de Othello

Des liens très forts liaient donc l’Orient à Venise,mais les relations vénitiennes avec le monde arabe, ne s’arrêtaient pas là. En effet, l’architecture, les objets d’arts étaient pour les vénitiens un moyen de montrer leur raffinement et leur supériorité sur les autres européens: Le palais des doges fut grandement inspiré par des motifs musulmans ainsi que le Campanile qui est une tentative de reproduction du Phare d’Alexandrie.

Othello et Desdemone à Venise

Enfin, les vénitiens, pour assurer  leurs  relations commerciales et diplomatiques, se trouvaient de fait  les seuls «chrétiens » à s’aventurer  dans le monde Arabe et Mongol, comme en atteste les voyages de Marco Polo et sa famille chez le  Kubilaï Kahn à Beijing.

Pour la petite histoire, en plein âge sombre, Macro Polo envoyé par le pape pour représenter les chrétiens devant le Khan, traverse toute l’Asie jusqu’à Beijing, où il rencontre le grand Kubilaï Kahn.  D’après les écrits de Marco Polo, le Kahn se prend d’affinité pour le vénitien au point qu’il lui  confie la responsabilité de l’inspection des finances dans une bonne partie de l’Empire. Puis, quelques années plus tard,  il devient même l’ambassadeur du khan en Inde. En définitive, Marco polo termina même  sa carrière en tant que gouverneur de la région du Yang Tchou sur le delta du fleuve bleu avant de repartir pour Venise où il siégera au conseil des Dix.

extrait film inspiré des récits de Marco polo (2007) discution entre le kahn et Marco polo

B) Indépendance et Religions.

Ainsi, au XIIème siècle, grâce à cette ouverture sur le monde, la sphère de relations Vénitienne s’étendait sur l’Europe, le monde Arabe, et sur l’Asie : de Londres à Beijing.

Mais bien que cosmopolite, ce qui est une prouesse pour l’époque, Venise ne se laissait dicter son comportement par personne. Ni les Sultans, ni les Papes, ne réussirent à la soumettre à leurs lois ,car pour les vénitiens seul Dieu était au-dessus de la loi Vénitienne.

En 800, dans les légendes fondatrices de Venise, on peut trouver le vol du cadavre de Saint Marc à Alexandrie par deux marchands vénitiens. Ceux-ci cachèrent  sa dépouille sous des porcs au fond de la cale de leur navire afin que les musulmans n’aillent pas y regarder. Puis vogues vers Venise où saint Marc deviendra le saint patron de la ville maritime.

Cet acte véridique ou fictif, permit à Venise d’acquérir son indépendance vis à vis de Byzance dont elle était une extension depuis la fin de l’empire Romain d’occident.

A Venise, le catholicisme n’est en rien une entrave pour le commerce. Ayant son propre représentant religieux indépendant de Rome et de Byzance, le doge, Venise agit selon ses propres règles.

Ainsi, en 1204 lorsque la 4eme croisade  massacre des catholiques pour reprendre un ancien territoire vénitien de Dalmatie, le pape excommunie ceux qui participent à l’entreprise. Mais cela n’ébranle en rien Venise. Plus tard, alors que toutes relations entre musulmans et Chrétiens sont interdites par la papauté, les vénitiens sont le seul à Alexandrie, Damas, etc. Ils signent même un traité avec les turcs en 1388.

En revanche, c’est Venise qui, lorsqu’elle en a l’occasion, qui impose sa volonté à Rome ou Byzance. Par exemple dans le cas de la 4eme croisade ou le Basileus, le pape des Byzantins orthodoxes, sera mis en place par les forces latines menées par Venise. 300 ans plus tard, lors du conflit entre la ligue de Cambrai et Venise, excommuniée pour l’occasion, le pape Jules II, qui jusque-là était du côté de la ligue, change de camp et soutient les Vénitiens pour affaiblir les Français. Mais au final ce sont les vénitiens avec l’aide de François 1er qui en 1515 auront le dernier mot sur le pape.

Enfin, à Venise, les vénitiens grâce à leur loi s’assurent de leur domination sur les autres peuples ou minorités. Comme le montre  la pièce de Shakespeare le Marchand de Venise, où le juif Shylock se fait totalement ridiculiser, humilier, et déposséder de ses biens par des oligarques Vénitiens.

[

En dépit de son ouverture sur le monde, le système vénitien n’est pas mue par une volonté de contribuer au bien commun mais bien au contraire par une volonté de domination. Cette domination s’exprime dans le contrôle monopolistique des échanges que lui confèrent ses relations internationales. Ainsi, nous verrons  en deuxième partie ,comment Venise impose ses lois sur l’économie du moyen age et comment les guerres, notamment les croisades lui permettent d’accroitre ses monopoles.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 8, 2012 dans Uncategorized

 

Usure financière et choc des cultures

Image

Pourquoi dans cette période de délabrement économique fait on l’objet de tensions entre peuples?

N’est’il pas plus judicieux de joindre nos efforts pour résoudre les problèmes des uns et des autres ?

A la lumière de la stratégie de tension entre occident et orient,nous allons tenter d’expliquer dans ce dossier sur l’histoire du moyen age comment les guerres, l’inquisition, et les famines ont fait le pouvoir et la richesse de certains, et en quoi cela à été un frein qui à mis en danger l’avenir de toute l’Europe.

permière partie: le système vénitien un réseau cosmopolite et international

deuxième partie: empire,monopole, et domination

troisème partie: économie réelle et limites à la croissance

quatrième partie : le potentiel de densité démographique du monde musulman

cinquième partie: frénésie financière et age sombre

conclusion

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 8, 2012 dans Uncategorized

 
Vidéo

Averroës_le Destin

http://www.dailymotion.com/video/x7m65y_al-andalus-andaloussi-andalousi-2_webcam

http://www.dailymotion.com/video/x9zjxq_al-andalus-part3_school

http://www.dailymotion.com/video/x9zl49_al-andalus-part4_school

http://www.dailymotion.com/video/x9zpbm_al-andalus-part5_school

http://www.dailymotion.com/video/x9zqdb_al-andalus-part6_school

Le Destin est d’abord un film contre le fanatisme d’aujourd’hui. Ce n’est pas un film historique.C’est pourtant un film avec palais, auberges ruelles, costumes médiévaux. En effet,, quatre ans après que son film L’Emigré ait été interdit par la censure islamiste,Youssef Chahine, cinéaste égyptien de 71 ans, né à Alexandrie d’un père d’origine syrienne et d’une mère d’origine grecque, marié à une Française, francophone, a voulu faire un film divertissant sur un sujet grave. Le héros du Destin, In Rush dit Averroès, philosophe arabe né à Cordoue en 1126, mort en exil à Marrakech en 1198, premier médecin de la Cour en 1182, exégète du Coran, commentateur d’Aristote, est un juste, victime du fanatisme religieux. Le lieu, c’est Cordoue, rayonnante alors des travaux de nombreux savants qui traduisent les oeuvres de l’Antiquité, riche de l’activité des Musulmans, des Juifs, des Chrétiens, des Gitans qui vivent joyeusement ensemble sous l’autorité des califes Almohades.
L’affiche du film montre des livres qu’on brûle. Elle indique le fil conducteur de l’histoire.Le film s’ouvre sur un bûcher, en France, où se consument un homme et les livres d’Averroès qu’il a traduits, et se ferme sur un autodafé des livres d ‘Averroès, à Cordoue; celui-ci est inutile car des exemplaires ont été sauvés par le fils du calife qui les a déposés en Egypte après une périlleuse chevauchée. « La pensée a des ailes. Nul ne peut arrêter son envol » peut on alors lire sur l’écran. Des livres détruits aux livres sauvés, que de péripéties entre ces deux scènes !
La plus grande partie de l’histoire se déroule à Cordoue autour de trois personnages. D’abord Averroès, un sage, érudit, chaleureux, généreux, bon vivant; puis le calife E1 Mansour, sorte de despote éclairé, orgueilleux, chagriné par ses deux fils, d’une très grande beauté, dont l’un ne pense qu’à la philosophie, l’autre à la danse et à l’arnour d’une gitane; enfin le cheikh Riad chef d’une secte de fanatiques qui veut ligoter la société andalouse par une application rigoriste du Coran. Le film est construit sur 1’ affrontement entre les obscurantistes qui veulent s’emparer du pouvoir par tous les moyens, et les stratagèmes des amis d’Averroès pour sauver ses livres et leur conception de la vie fondée sur la connaissance, la tolérance, le partage et l’amour. Chahine est engagé auprès de son héros dans un combat contre tous les intégrismes. L’idée du film est d’ailleurs enracinée dans la réalité de l’Egypte actuelle. L’acteur Hani Salama, interprète du fils cadet du calife a été fanatisé par une secte.

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 5, 2012 dans Uncategorized

 
Vidéo

Al Andalus: quand juifs, musulmans, et chrétiens faisaient avancaient ensemblent

En ces temps troublés, les divisions entre peuples et cultures se voient ravivées pour servir des objectifs  politiques et économiques. Les conflits au moyen orient, la rhétorique du choc des civilisation, mais avant tout l’ignorance de soit même et des autres ne cessent de créer un climat de peur d’autrui. Pourtant, dans des pays comme la France, le désir de vivre en commun reste une aspiration quasi naturelle pour ceux qui se retrouvent dans les idéaux de la république. En effet, est ce une idée farfelue que de penser que la tolérance d’autrui et le respect mutuel sont possible et même nécessaire pour bâtir le monde de demain?

Pourquoi, ne trouvons nous pas de réponse supérieure à cette doctrine de conflit permanent qui permet de mieux diviser pour régner? Bien que la majorité silencieuse ressent au plus profond d’elle même qu’une telle logique reste intolérable, seule la critique et les sarcasmes lui servent de réponse à une folie qui nécessiterait  d’être replacé par une vision alternative.

Ainsi, afin d’inspirer ceux qui veulent entreprendre ce chemin, je remet sur la table l’histoire de l’Andalousie du temps où l’Espagne était musulmane, qui pendant les guerres de religions en terres saintes, était un centre d’échanges culturels entre juifs,chrétiens et musulmans. C’est notamment grâce à son climat de tolérance que le monde contemporain à put recevoir entre autres les savoirs anciens des grecs, la médecine moderne,l’irrigation, la botanique, l’astronomie, et les mathématiques(autrement dit la renaissance).

je vous invite donc à regarder ce documentaire sur l’Andalousie dont je publie le lien ci-dessous:

http://www.dailymotion.com/video/x9ziv7_al-andalus-part2_school

http://www.dailymotion.com/video/x9zjxq_al-andalus-part3_school

http://www.dailymotion.com/video/x9zl49_al-andalus-part4_school

http://www.dailymotion.com/video/x9zpbm_al-andalus-part5_school

http://www.dailymotion.com/video/x9zqdb_al-andalus-part6_school

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 5, 2012 dans Uncategorized